Engelures et hypothermies: comment les éviter par temps de grand froid

Capture d’écran 2015-01-11 à 14.24.33« Quant à nos extrémités (notre peau et nos «appendices» — nez et oreilles), non seulement elles sont plus exposées au froid, mais il faut savoir qu’elles sont «sacrifiées» en cas de baisse de la température centrale, afin de permettre aux organes vitaux de survivre. C’est que le sang, ce vecteur de chaleur et de la nutrition cellulaire, se concentre alors vers les organes nobles et les viscères, délaissant les extrémités. »

Un texte à lire sur mon blogue dans www.lactualite.com

Une entrevue radio à écouter sur le site de Radio-Canada à Médium large

Bookmarquez le permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *